Chargement

Biographie

DERNIER ALBUM "JOKERS" (2022)
NOUVEL ALBUM "LIVE AT THE BIMHUIS" (AVRIL 2024)
ft. Federico Casagrande & Ziv Ravitz

Après de multiples collaborations en duo (Emile Parisien, Michel Portal, Michael Wollny, François Salque) ou au sein de son quintette Living Being, Vincent Peirani a souhaité se lancer dans une autre forme d’orchestration, celle du trio.

Avec le guitariste Federico Casagrande, italien installé à Paris depuis de nombreuses années et Ziv Ravitz, batteur israélien résidant à New York, il forme un trio hybride guitare, batterie, accordéon, dans lequel chacun peut prendre la place de l’autre pour devenir tour à tour soliste, rythmique, coloriste etc…

Cette formule cosmopolite s’autorise toutes les musiques. Qu’elles soient énigmatiques, oniriques, électroniques, explosives, colorées, silencieuses. Tout est permis et laissé au libre arbitre de chacun des trois protagonistes.

A l’image du Joker, personnage emblématique des comics américains mais aussi élément décisif dans les jeux de cartes (c’est la figure qui peut remplacer n’importe quelle autre carte et peut également être la plus forte du jeu), ils se placent tous les trois à rôle égal et à la fois complémentaire, parfois en opposition, imprévisible… La contradiction vient alors s’ajouter au paysage sonore de ce trio, l’enrichissant encore davantage et affirmant son originalité.

 

Vincent Peirani

Comme toutes les musiques populaires, le jazz est une musique de fortes personnalités. La reconnaissance internationale de l’accordéoniste Vincent Peirani repose sur cette qualité essentielle, fondamentale. Son charisme musical, son imaginaire hautement singulier, la conception de son art, fruits d’un parcours sans œillères, frappent très tôt tous les esprits. Après de brillantes études classiques (nombreuses récompenses internationales), sa plongée dans l’univers jazz se révèle en effet d’emblée marquée du sceau de la réussite jusqu’aux couronnements en 2014 et 2015 aux Victoires du jazz. Quel que soit le style, Vincent Peirani transforme tout ce qu’il touche en or : jazz bien sûr (outre ses propres projets, collaborations avec Daniel Humair, Michel Portal, entre autres), mais aussi chanson française (Sanseverino, Les Yeux Noirs), musiques de film (compositeur pour le film Barbara de Mathieu Amalric en 2017), etc. Et le public suit, car à chaque prestation il place ses auditeurs dans une situation où l’évidence musicale (reprises inventives de thèmes connus) se trouve équilibrée au bienheureux inattendu, le savant tutoyant toujours le populaire, ce qui est précisément l’art des grands.

Celui qui a renouvelé complètement le langage de l’accordéon depuis maintenant dix années est à présent un artiste incontournable, l’un de ceux dont la vision musicale cosmopolite et décomplexée, le sens inouï des croisements et des couleurs, lui permettent d’apporter cette touche magique si rare et si précieuse.


Videos