Skip to content

Youn Sun Nah

[English] [français]

Youn Sun Nah sera en tournée dans toute la France en 2017 !

She Moves On

Quatre ans après Lento son dernier opus, suite très attendue de Same Girl (Prix de l’Académie du Jazz et Disque d’Or en France), Youn Sun Nah fera son grand retour le 19 mai prochain avec She Moves On (ACT), un nouveau disque qu’elle présentera sur scène dès le printemps 2017.

Improvisatrice hors pair dotée d’une fabuleuse technique vocale, la chanteuse coréenne compte désormais parmi les figures incontournables du jazz vocal contemporain. L’univers de Youn Sun Nah repose sur une esthétique minimaliste, une recherche de pureté et de profondeur de laquelle peut jaillir à tout moment le feu d’une voix pénétrante, subtile de puissance.

Avec She Moves On , Youn Sun Nah livre une nouvelle fois une oeuvre coloriste. Elle exploite ses nombreuses possibilités harmoniques et une large palette d’émotions, aussi bien pour ses propres compositions que pour une exploration iconoclaste des répertoires de Jimi Hendrix, Joni Mitchell ou Paul Simon.

Pour cette tournée, Youn Sun Nah s’est entourée d’un quartet 100% américain : Jamie Saft (piano, orgue Hammond, Fender Rhodes), Brad Jones (contrebasse), Dan Rieser (batterie), qui ont tous trois participé à l’enregistrement de ce nouvel album aux studios Sear Sound, au coeur du quartier de Hell’s Kitchen à New York, et enfin Clifton Hyde (guitares).

« Jamais, sans doute, le jazz vocal n’a atteint un tel niveau d’émotion. » - Citizen Jazz

« On ne se lasse pas de cette voix au timbre suave, de son ambitus qui file des frissons et de ses excentricités mélodiques. » - Les Inrocks

Youn Sun Nah est née et a grandi à Séoul dans une famille passionnée par la voix ; son père est chef de chœur et sa mère actrice de comédies musicales. Elle apprend le piano dans son enfance mais se consacre essentiellement à ses études générales jusqu’à ce qu’elle obtienne son diplôme de Lettres à l’Université de Konkuk en 1992.

L’année suivante, elle est invitée par le Korean Symphony Orchestra pour chanter des gospels. Elle fait alors ses premiers pas sur disque et sur scène. Suite à cette expérience, elle est remarquée et engagée dans des comédies musicales. Ses apparitions sont récompensées et de nouvelles propositions l’amènent à faire des choix : une carrière s’ouvre à elle mais elle n’est pas convaincue d’être sur sa juste voie. Elle décide finalement de retourner sur les bancs de l’école pour étudier la musique et la chant en profondeur.

Francophile, amatrice de chanson, elle s’installe à Paris durant l’automne 1995. Elle s’inscrit à l’Institut National de Musique de Beauvais, au Conservatoire Nadia et Lili Boulanger et au CIM, école de jazz et musiques actuelles. C’est dans cette école que se produit le déclic.

Au tournant des années 2000 elle fait ses premières tournées et glane des prix lors des concours des festivals comme La Défense ou Jazz à Juan. Le début d’une longue liste de distinctions, ponctuée par une décoration de l’Insigne de Chevalier des Arts et des Lettres remise par le Ministère Français de Culture en 2009 et par le Prix Sejong de la Culture décernée par le gouvernement Coréen en 2013.

A partir de 2007, Youn Sun Nah se produit en duo avec le guitariste Ulf Wakenius. En 2011, il sont rejoints par l’accordéoniste Vincent Peirani et le contrebassiste Simon Tailleu. En duo et en quartet, entre Paris et Séoul, elle parcourt les festivals : Montréal, Marciac, Monterey, Java ou Montreux qui lui confie également la Présidence du Jury du concours Voix 2013. Quelques semaines auparavant elle est nommée ambassadrice de bonne volonté pour la journée internationale du jazz de l’UNESCO.

Printemps 2015, la chanteuse coréenne décide de s’absenter des scènes pour passer du temps sur sa terre natale. Au fil de 6 saisons pleines, sa voix et sa personnalité ont marqué les esprits et touché les cœurs aux quatre coins du globe : près de 500 concerts pour la plupart donnés à guichets fermés, 3 albums dont 2 disques d’or (Same girl & Lento, ACT) en France et en Allemagne, plusieurs distinctions de ses pairs et une apparition à la cérémonie de clôture des JO d’hiver 2014.