Skip to content

Térez Montcalm

[English] [français]

Térez Montcalm en concert exceptionnel au New Morning le 10 mars 2017 au New Morning.

QUAND ON S’AIME

« Cela faisait un moment que j’avais envie de faire un album de jazz en explorant le répertoire français » confie Térez Montcalm. Un pari audacieux car le concept n’est pas franchement une tradition bien ancrée de ce côté-ci de l’Atlantique ! Mais l’exercice était évidemment tentant pour celle qui, en 1994, avait baptisé son premier album « Risque » !
« Au Québec, j’ai toujours été considérée comme une artiste underground » s’amuse la chanteuse et musicienne qui avoue une égale passion pour Billie Holiday (son premier disque acheté à 12 ans), Edith Piaf et Elvis Presley. Depuis ses débuts, elle n’a cessé de multiplier les expériences artistiques, que ce soit au sein du Théâtre Popico’s, avec la troupe Carbone 14, en première partie des Cowboy Junkies ou en animant des soirées aux Beaux Esprits de Montréal. Remarquée pour ses crossovers de David Bowie, Elton John, Neil Young, Eurythmics, Michael Jackson...Térez amorce un virage jazz au milieu des années 2000.
L’idée de ce nouvel opus, entièrement en français (le premier depuis le disque éponyme sorti en 2002) a germé à l’écoute de « Quand on s’aime » de Michel Legrand. Une évidence, sans doute, mais il a fallait trouver d’autres titres qui pourraient s’adapter au swing et au timbre exigeant de la vocaliste. Durant plusieurs mois, elle va suivre l’étrange ballet de chansons comme « Les feuilles mortes » (de Prévert et Kosma), « La belle vie » de Sacha Distel, « L’amour c’est comme un jour » d’Aznavour ou « Que reste-t-il de nos amours » de Trénet dont les mélodies ont fait le tour du monde, grâce aux versions de grands jazzmen américains. Plus étonnant encore, des titres tels que « Petite Fleur » de Sydney Bechet ou « Docteur », adapté du fameux « Fever » de Peggy Lee et interprété par Claude Nougaro qui ont trouvé leur place dans le répertoire français !
Curieuse et passionnée, on se souvient qu’elle avait déjà déniché un inédit d’Aznavour (« Je n’attendais que toi ») pour son album « Connection », Térez Montcalm va ainsi rassembler quelques pépites auxquelles s’ajoutent deux morceaux originaux « Le temps s’arrête », « Juste nous deux » et « Chagrin d’amour », un texte de Claude Nougaro qu’elle a mis en musique.

Enregistré à Montréal, avec sa « gang » de musiciens français : Géraldine Laurent au saxophone, Christophe Wallemme à la contrebasse, Pierre-Alain Tocanier à la batterie et Jean-Marie Ecay à la guitare, ce huitième opus a été arrangé par le pianiste américain Gil Goldstein. Des arrangements aussi subtils qu’inventifs : quelle belle trouvaille, cette intro de Miles sur « Les Feuilles mortes » !

Dès les premières notes de « Black Trombone » de Gainsbourg, on tombe littéralement sous l’emprise de la voix suave et puissante de la chanteuse. Et il n’en faut pas davantage pour esquisser quelques pas de bossa pour « Le temps s’arrête », voler de soleil en soleil avec « Quand on s’aime » tout en se laissant porter par le tempo inattendu des « Feuilles mortes ». Une chanson qui débute comme un poème qu’elle pose délicatement sur les notes. Et que dire de l’incandescente version de « Docteur » où la température menace de s’emballer ?

« J’aime le jazz grand public. J’ai besoin que chacun puisse reprendre avec moi les chansons, toutes générations confondues » explique Térez Montcalm. Avec ce magnifique album, ses souhaits sont incontestablement exaucés...

I KNOW I’LL BE ALRIGHT

Auteur-compositeur interprète et musicienne d’origine québécoise, Térez Montcalm vit à Montréal et depuis 1994 date de la sortie de son premier album au québec poursuit une carrière qui a commencée par de la chanson pop-rock pour arriver au jazz, ou elle marque petit à petit son empreinte.

2006 marquera un tournant dans sa carrière ou son premier album Jazz, "Voodoo" est sorti chez Dreyfus jazz et se vendra à plus de 60000 exemplaires. Suivront ensuite les albums "Connections" et l’album hommage à Shirley Horn, "Here’s to you" qu’elle a enregistré avec la fine fleur des musiciens de jazz américains.

Térez Montcalm chante aussi bien en anglais et en français sa langue maternelle et interprète avec autant de plaisir des standards que ses propres titres. Excellente musiciennne, elle compose et s’accompagne à la guitare. Elle se distingue par sa manière très personnelle de se réaproprier des standards qu’elle choisi avec passion, de les déconstruire et reconstruire en toute liberté.

Sa voix unique par sa texture à la fois puissante et fragile, se distingue par un timbre cassé reconnaissable dès la première note. Une chanteuse hors du commun, qui a sorti son septième album : "I know I’ll be alright", chez Universal comme les 3 précédents.

< !—>