Skip to content

Michael Nyman

Retrouvez Michael Nyman en concert le 23 novembre prochain !

Michael Nyman est indéniablement un des compositeurs anglais les plus célèbres et innovants. Sa réputation s’est construite sur son large panel de travail, ses compositions pour un grand nombre d’ensembles, pas seulement pour son propre groupe mais aussi pour des orchestres symphoniques, des choeurs ou encore des quatuor à cordes. En plus de tout cela, Nyman est aussi chef d’orchestre, pianiste, écrivain, musicologue, photographe et réalisateur. Son activité hors du commun fait de lui l’une des figures les plus dynamiques et influentes de la culture contemporaine.

Né à Stratford, dans l’est londonien, le 23 mars 1944, il a étudié à la Sir George Monoux Grammar School à Walthamstow puis à la Royal Academy of Music de 1961 à 1964 avec le Dr Peter Fletcher, Alan Bush et Geraint Jones. Entre 1964 et 1967, Nyman est élève au King’s College où il étudie la musique anglaise baroque et les principes de l’édition. Il produit ainsi la première édition moderne des prises de Purcell (Stainer and Bell, 1967) et une nouvelle édition du Concerti Grossi, Op. 6 d’Handel (Eulenberg, 1973). Pendant 1965 et 1966, il part en Roumanie, pour un échange universitaire, où il rassemble la musique folklorique roumaine.

En 1968, alors qu’il travaille en tant que critique musical pour The Spectator, il invente le terme de « musique minimale », si bien qu’il reflète autant qu’il influence certains courants de pensées de la musique contemporaine. Ses articles, critiques et interviews pour The Spectator, New Statesman, The Listener et Studio International ont depuis été publiés dans le livre Michael Nyman : Collected Writings (Ashgate, 2013). En 1974, dans la continuité de son travail journalistique, Nyman publie son livre, toujours classique, sur la musique contemporaine : Experimental Music : Cage and Beyond (Studio Vista, Londres).

En 1969, Nyman est engagé pour écrire le libretto pour l’opéra de Sir Harrison Birtwistle : Down By The Greenwood Side. En 1976, la création de l’Orchestre Campiello (qui deviendra le Michael Nyman Band) permet à Nyman d’étendre et d’expérimenter son travail de composition.

Nyman a également eu une carrière de compositeur de film, qui, un peu à regret, est la partie la plus reconnue par le grand public. Sa réputation s’est formée grâce à plusieurs grands succès réalisés par Peter Greenaway, comme Meutre dans un jardin anglais, Prospero’s Books, Zoo et Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant. Il a également composé pour Neil Jordan et son film The End Of The Affair, ou encore des films de Michael Winterbottom : Wonderland, Tournage dans un jardin anglais, et The Trip, mais aussi le blockbuster de science fiction Bienvenue à Gattaca. Nyman a également composé la musique enchanteresse pour le film de Jan Campion : La leçon de Piano, dont la bande originale a été vendue à plus de trois millions d’exemplaires.

Plus récemment, Nyman a composé les bandes originales de films muets de la fin des années 1920 : À propos de Nice de Jean Vigo, Le Cuirassé Potemkine de Sergi Eisenstein et de nouvelles bandes originales pour trois films de Dziga Vertov, L’Homme à la caméra, La onzième année et La Sixième Partie du monde.

Au cours des dernières années, Nyman a réalisé et exposé une série d’installations de multi-écrans, augmentant sa réputation de compositeur et de cinéaste. Travaillant en collaboration avec l’éditeur de films Max Pugh, Nyman a développé une impressionnante galerie de travail filmique et de dessins. Ces films ont été filmés pendant les nombreux voyages de Nyman. Ils mêlent composition musicale et image afin de créer un travail saisissant et unique.

Son installation à écrans multiples, Nyman with a Movie Camera combine et entrecoupe des extraits des nombreux courts métrages de Nyman et de ses morceaux pour le chef d’oeuvre de Dziga Vertov. C’est un hommage au film révolutionnaire original et une vitrine à l’amour du cinéma de Nyman, son oeil filmique et son sens de l’allure et du rythme.
Le projet de film à grand échelle, War Work : 8 Songs with Film, commandé par le War on Screen International Film Festival pour commémorer le 100ème anniversaire de la Première Guerre Mondiale, évoque avec puissance les horreurs de la guerre. Le film rapproche les rares films d’archives et le pouvoir destructeur de la guerre.
Bien que la portée de sa production musicale soit une manifestation claire de sa polyvalence, la forme musicale préférée de Nyman est l’opéra, pour lequel il a composé un certain nombre de œuvres influentes The Man Who Mistook His Wife For a Hat (1986), Facing Goya (2000), et le très acclamé Man and Boy : Dada (2003).

Son cycle de dix chansons tirent ses textes de divers auteurs tels que Shakespeare, Neruda, Octavio Paz, Paul Celan, Milton ou Sor Juana Ines de la Cruz. De plus, Nyman a composé pour plusieurs grands noms de la chorégraphie comme Siobhan Davies, Ashley Page, Lucinda Childs, Stephen Petronio, Karine Saporta et Shobana Jeyasingh.

En plus de ses activités de compositeur et de réalisateur, Nyman fait des tournées à l’international avec le Michael Nyman Band, aussi connu pour ses performances uniques avec une grand panel de collaborateurs, avec des musiciens de traditions occidentales/classiques/expérimentales comme l’Orchestre d’Andalousie de Tetouan, Rajan et Sajan Misra, U. Shrinivas, Estrella Morente, Seijin Noborakawa, Ute Lemper, Evan Parker, Peter Brotzmann, Paolo Fresu, Mike Giles, the Flying Lizards, Dagmar Krause, Sting, Damon Albarn, David McAlmont et Alva Noto.

Le Michael Nyman Band a été créé suite à la formation de l’orchestre qui a joué la partitions de Michael Nyman pour Campiello de Goldoni en 1976.
L’orchestre jouait des musiques populaires avec des instruments traditionnels associés à des instruments modernes, sans recourir à l’amplification. Puis, un an plus tard, les instruments traditionnels ont été remplacés par des équivalents modernes et le Campiello Band est devenu le Michael Nyman Band.
Le Michael Band a fêté, en automne 2016, ses 40 ans. Un anniversaire célébré avec un concert spécial au Barbican de Londres.

Nyman a reçu en 2008 le grade de l’Ordre de l’Empire britannique pour service rendu à la musique britannique. Sa musique a été publiée par Virgin, EMI, Decca, Warner Classics et Sony. Il travaille aujourd’hui exclusivement avec son propre label, MN Records, et est publié chez Cester Music Limited.