Skip to content

Kurt Rosenwinkel

[English] [français]

STAR OF JUPITER

Le sens de ma musique, en général – et cet album n’est pas différent – concerne la relation que chacun possède avec l’univers au sens large, et le moyen d’utiliser notre intuition afin d’entendre ce qu’il nous dit.
Kurt Rosenwinkel

Ce concept lui est venu dans un rêve. Ce que le guitariste/compositeur Kurt Rosenwinkel décrit comme un profond entendement s’est manifesté dans « Star of Jupiter ». C’est le titre de son dixième album en tant que leader, qui est sorti le 13 novembre 2012 sur Wommusic. Ce n’est pas une entité littéraire au sens propre du terme, mais plus une certaine philosophie, à l’image de celle qui lui a été révélée.
« Star of Jupiter m’a été donnée comme une clé afin de transcender les cycles de forme, illusion et peur qui existent sur le trajet de notre existence ici-bas. Ce rêve était d’une grande puissance et se poursuivait dans la vraie vie. C’est vraiment devenu une des forces tangibles de la réalisation de cet album. »
L’album peut être décrit comme une collection céleste de compositions exclusives qui n’ont jamais été enregistrées auparavant, à l’exception d’une seule, et il transporte l’auditeur dans un voyage vers la découverte, la vérité et enfin, la paix.
Star of Jupiter est son premier album en quartet depuis le très novateur « The Next Step » sorti en 2001, et il offre une variation de cet ensemble « maquillage ». Il réunit le pianiste Aaron Parks, le bassiste Eric Revis et le dynamique jeune batteur Justin Faulkner (aussi natif de Philadelphie) dans un groupe aux caractéristiques cosmiques. Cet album est en rupture avec ce qui avait anciennement aidé à définir la performance de Rosenwinkel. En revanche, ce qui est étonnant est le côté inclusif de sa palette technique et musicale. Rosenwinkel fait une utilisation brillante de l’espace sonore, couplée avec des mélodies profondément affectives et un groove sensuel qui évolue lentement mais sûrement ; une qualité dans la musique avec laquelle il s’identifie complètement et qu’il adopte de bon coeur.
Le groupe de Rosenwinkel s’est développé aussi naturellement que la musique qu’il propose. Parks et lui collaborent depuis 2006, jouant les compositions de l’un et de l’autre, et celui-ci a rejoint le groupe sur des lives prévus de longue date au Village Vanguard, à New York. Revis, un vieil ami et l’un des fondateurs spirituels de ce groupe, apparaît sur le très riche album en trio de 2009 « Reflections », et c’est lui qui a recommandé Faulkner afin de compléter le groupe, après avoir longuement travaillé avec dans le quartet de Brandford Marsalis.

Bien qu’il soit l’un des interprètes de répertoire standard les plus émotifs, Rosenwinkel est aussi, et sans aucun doute, l’un des compositeurs les plus prolifiques de sa génération. Le lauréat du « National Endowment for the Arts Composer’s Award » affirme que ce qu’il écrit a contribué à développer la singularité de son timbre, par rapport aux autres voix du jazz moderne. Il exprime aussi sa reconnaissance pour Philadelphie, sa ville natale, pour lui avoir apporté une éducation musicale aussi solide que communale. Il y a grandi sous l’influence de nombreux artistes de jazz d’une scène musicale riche et variée, qui l’ont pris sous tutelle. Parmi ceux-ci, on trouve Al Jackson, Eddie Green, Tyrone Brown et le saxophoniste-alto Tony Williams, qui lui fait office de père spirituel dans son apprentissage. C’est à Philadelphie qu’il a trouvé les différents outils pour développer sa voix si distinctive, elle qui lui a valu de nombreuses louanges de la part des critiques internationales. Grâce à elle, il a capté l’attention d’artistes aussi divers qu’Ahmir « Questlove » Thompson des Roots, le légendaire Eric Clapton, et pour finir, Q-Tip, de l’emblématique groupe de hip-hop « A Tribe Called Quest », avec lequel Rosenwinkel a joué en live mais aussi sur ses très estimées créations en solo, « The Renaissance » (2008) et « Kamaal the Abstract »(2009). Le rappeur a aussi co-produit « Heartcore », la réalisation expérimentale de 2003.

Kurt Rosenwinkel est passé par une évolution assez graduelle dans ses performances en tant qu’artiste, et pourtant, avec Star of Jupiter, il arrive maintenant à articuler sa vision au niveau le plus profond. Il est, d’une manière irréfutable, le guitariste de jazz le plus influent de ce nouveau millénaire. Il mène sa barque dans un voyage qui inclut une maîtrise plus qu’aboutie de son instrument. « Star of Jupiter » est, en somme, une expérience, ainsi qu’une opportunité pour les oreilles avides de trouver un écho de leur propres rêves dans la musique.