Skip to content

Jim Henderson

[English] [français]

Biographie
Jim Henderson est un jeune producteur bruxellois de musique électronique issu d’une grande famille de musiciens.

Dès l’âge de 14 ans à la place de regarder la télé après les cours je m’enfermais dans ma chambre et restais scotché devant mon ordinateur à expérimenter sur mon logiciel de musique.

Avec mes parents musiciens j’ai baigné dans le jazz, la soul, le funk et j’ai ensuite découvert la musique électronique puis étudié la musique classique, et le jazz, c’est surement ce qui explique que mon écriture ne suit pas un cahier des charges. Ca ne veut pas dire qu’elle est inaccessible mais plutôt universelle. Je suis belge, et vis à Bruxelles carrefour de nombreuses cultures, c’est un atout selon moi.

Cette écriture riche et diversifiée permet à Jim de signer, dès 2014, son premier EP "Never Ending" sur le label Moodfamily. Puis un second "Dreamcatcher" sort quelques temps après sur le label bruxellois Play Label Records. En 2015, de la rencontre avec le groupe Stereoclip naitront plusieurs morceaux et un EP remarqué sur le label Atmosphere Records "Dance Machine".

Sa personnalité musicale séduit aussi la chanteuse Yaël Naïm qui l’invite à remixer un titre sur son dernier album "Older (revisited)" sorti en 2016.

Quand je compose je n’ai pas d’idées préconçues, elles viennent naturellement. On me dit souvent que ma musique est à la fois sombre, agitée, calme et apaisante. J’imagine que c’est le reflet de ma personnalité.

Pour son nouvel EP "Controversial", Jim Henderson s’affirme en tant que producteur exigeant au service d’une musique imagée et magique. Les 4 titres "Nightfall", "Breathing Underwater", "Controversial", "Artificial Freedom" décrivent chaque partie de l’univers si particulier de Jim.

"Breathing Underwater" est une référence poétique à mes rêves d’enfance, ça fait écho à "Nightfall" c’est un clin d’œil au fait d’être un producteur de la nuit. J’ai aménagé mon studio dans un garage. Il n’y a donc pas de lumière du jour, parfois, je n’ai pas la notion du temps. Ce que j’aime dans la musique électronique c’est qu’on peut faire ce qu’on veut et les éléments peuvent arriver subtilement par plein de moyens différents. J’aime beaucoup l’idée du temps qui s’étire et la déconnexion par rapport à ce qui nous entoure.

Sur "Artificial Freedom", je fais référence à la société dans laquelle on vit. La plupart des gens se croient libre de penser et d’agir mais ne voient pas qu’ils sont manipulés. Ou alors ils se voilent la face et je trouve ça encore plus triste. J’aime le fait que la musique aide à voyager, à s’élever, à s’affranchir de certaines normes, pressions... En triturant des sons j’essaye à ma manière de faire ressortir ce que j’ai de plus intime au fond de moi-même. Ce n’est pas forcément un message clair ou politique, mais plutôt un ensemble de sentiments qui m’aident à m’affirmer en tant qu’humain.

Discographie
Controversial - 2016 (Anteprima Productions)
Breathing Underwater - 2016 (Anteprima Productions)
Dance Machine - 2015 (Atmosphere)
Dreamcatcher - 2014 (Playlabel Records)
Never Ending - 2014 (Moodfamily)

Informations
Co-Publishing : Anteprima Prime / Alter K
Photo by Etienne de Villars