Skip to content

Fly

[English] [français]

THE YEAR OF THE SNAKE (ECM)

Mark Turner : saxophone ténor

Larry Grenadier : contrebasse

Jeff Ballard : batterie

Avec ce second album enregistré pour ECM à New York l’an dernier et publié à l’orée de sa tournée européenne, le groupe Fly continue de bouleverser et de subvertir en profondeur les conventions propres à la formule canonique du trio saxophone/basse/batterie. Dans ce groupe où tout se joue d’égal à égal, et où aucun musicien ne se retrouve jamais dans la situation traditionnelle du « soliste accompagné », Mark Turner, Larry Grenadier et Jeff Ballard partagent authentiquement la responsabilité collective du discours de la formation sans jamais rien sacrifier pour autant de leur liberté individuelle. Réfléchie plus qu’incantatoire, mais comme pleine d‘énergies tenues en réserve, la musique du trio entremêle avec beaucoup de subtilité improvisation et composition. On y sent constamment à l’œuvre une réflexion sur l’histoire du jazz qui se déploie à la manière d’une conversation intime avec ses formes et ses traditions. Chacun des membres du groupe a contribué à la composition du répertoire original de “Year of the Snake”, explorant ce que Ballard appelle « les qualités compositionnelles propres à la formation, prenant en compte à la fois la spécificité de l’instrumentation et la personnalité de chacun des membres du trio. » Disséminées dans le corps du programme se trouve également une série de cinq vignettes totalement improvisées, intitulée “The Western Lands.“

Comme Larry Grenadier l’a expliqué, les trois hommes se sont retrouvés autour du « désir de partager toute une somme de connaissances accumulées séparément pour les réunir dans le cadre de ce format extrêmement épuré. » Cette façon unique qu’à Fly d’aborder la formule du trio sans piano, riche de cet « esprit de collaboration désintéressé » (qu’à si justement remarqué le magazine new-yorkais Time Out), a donné naissance à une musique à la fois très diversifiée dans ses humeurs et extrêmement précise dans ses orientations esthétiques qui s’est imposée aujourd’hui comme une référence à la fois pour les musiciens et les amateurs.

Tout au long du disque Mark Turner se montre d’une extrême méticulosité dans la construction de ses phrases, mêlant une grande inventivité au souci constant d’explorer toutes les potentialités de son saxophone. Sa maîtrise du registre altissimo de son ténor est ici tout simplement remarquable. Il est tout aussi impressionnant de constater à quel point son jeu sur “Year of the Snake” diffère de l’approche extravertie proposée sur l’album du quartet de Billy Hart “All Our Reasons” publié tout récemment : Turner de toute évidence sait adapter son jeu au contexte avec beaucoup d’intelligence et d’intuition. Le propos, on le voit, n’est pas de transférer d’un projet à l’autre une même façon d’envisager la place de soliste. Fly possède décidément une identité propre que chacun des membres du trio travaille à élaborer et à mener toujours plus loin. L’intensité frémissante du saxophone sous le calme apparent d’un discours tout en contrôle se reflète ainsi dans le jeu de batterie de Jeff Ballard, qui met en branle tout un réseau de structures rythmiques évolutives embrassant toutes les formes léguées par le jazz mais aussi d’autres traditions, pour tour à tour souligner, étirer voire savamment dissoudre le temps…
Larry Grenadier de son côté s’engage souvent en compagnie de Turner dans une sorte de jeu de rôles extraordinairement animé, répondant aux phrases du ténor en mélodies contrapuntiques, ou utilisant l’archet pour mêler la voix de sa contrebasse à celle du saxophone en de subtils unissons. Comme le remarque Ballard, le jeu d’archet de Grenadier « donne à Fly une nouvelle dimension. Je trouve que le groupe possède un son plus affirmé aujourd’hui. »

C’est durant la période où il collaborait avec Chick Corea que Ballard a eu l’idée de fonder le groupe Fly. L’extraordinaire complicité qui s’est manifestée entre les membres du groupe a aussitôt attiré l’attention de Brad Mehldau qui très vite a fait de Ballard et Grenadier la section rythmique de son propre trio. Durant les huit dernières années le batteur et le contrebassiste ont partagé leur temps entre ces deux formations, approfondissant ainsi une interaction et une complicité musicales exceptionnelles.

***

Mark Turner est né à Fairborn, Ohio en 1965, mais a déménagé avec toute sa famille en Californie à l’âge de quatre ans. Il commence l’apprentissage de sa clarinette à neuf ans pour finalement opter pour le saxophone alto puis le ténor à l’adolescence. Depuis son installation à New York il a travaillé et enregistré avec des musiciens comme Kurt Rosenwinkel, Dave Holland, Paul Motian, Brad Mehldau, John Patitucci, Dave Douglas, Billy Hart, Lee Konitz, Tomasz Stanko, le SF Jazz Collective et James Moody. Turner a enregistré des dizaines de disques en tant que sideman et cinq albums sous son nom. Pour le label ECM il a enregistré “New York Days” d’Enrico Rava et “All Our Reasons” avec Billy Hart, Ethan Iverson et Ben Street.

Larry Grenadier est né à San Francisco en 1966. Il commence à jouer de la contrebasse à l’âge de 11 ans, et n’est encore qu’adolescent lorsqu’il se met à accompagner régulièrement des musiciens de l’envergure de Joe Henderson, Stan Getz ou Bobby Hutcherson. Après un passage dans l’orchestre de Gary Burton en 1990, il s’installe à New York et intègre les groupes de Betty Carter, Joshua Redman, Danilo Perez, Tom Harrell, Joe Henderson, John Scofield, Pat Metheny, Paul Motian, Charles Lloyd et Brad Mehldau, enregistrant en leur compagnie des dizaines d’albums. Pour ECM il a participé aux albums d’Enrico Rava et Charles Lloyd.

Le batteur et percussionniste Jeff Ballard est né dans le sud de la Californie en 1963 et a grandi à Santa Cruz. Après avoir commencé à jouer de la batterie à 14 ans, il accompagne Ray Charles sur scène de 1988 à 1990, pour ensuite s’installer à New York en 1990 et débuter une riche carrière de sideman. Au fil des années il va jouer et enregistrer avec Lou Donaldson, Chick Corea, Buddy Montgomery, Mike Stern, Danilo Perez, Pat Metheny, Kurt Rosenwinkel, Joshua Redman, Enrico Rava et bien d’autres encore. Parmi ses récents enregistrements on trouve les disques du Brad Mehldau Trio “Live”, “Metheny/ Mehldau” ainsi que “Momentum” de Joshua Redman.

Year of the Snake” a été enregistré à l’Avatar Studio de New York en janvier 2011 sous la direction artistique de Manfred Eicher.

SKY & COUNTRY

« Fly est un groupe vraiment novateur. Le trio parvient à concilier un sentiment d’intimité, comme s’il nous donnait à entendre une conversation entre amis, avec une vraie profondeur dans le discours, chacun des trois esprits libres qui le composent poussant toujours plus loin son propos en l’étayant sur les idées des autres. La créativité de cette formation est véritablement sans borne. »
Chick Corea

« Sky & Country » est le premier disque Sky & Country du dernier trio dont on parle — le groupe Fly dont le batteur Jeff Ballard a donné cette mémorable définition : « un groupe sophistiqué qui a les crocs ». Il faut dire que Fly bouscule tous les attendus liés à son instrumentation spécifique. L’histoire du jazz moderne est, on le sait, très riche en trios saxophone/basse/batterie d’envergure (que l’on pense simplement aux orchestres de Sonny Rollins, Albert Ayler ou Sam Rivers) mais Fly brise toutes les conventions, en se donnant principalement pour règle l’égalité totale entre les instruments. Indéniablement le saxophone est constamment ici en quête de parité avec la contrebasse et la batterie, et son refus d’occuper tout l’espace sonore induit assurément de nouveaux types de tensions et d’interactions. Comme l’écrivain Nate Chinen l’a observé dans les colonnes du magazine JazzTimes : « Voilà une musique qui se développe sans effort apparent ni pathos excessif, trouvant constamment l’équilibre entre une certaine cérébralité propre à l’improvisation et un sens instinctif du groove. ». Brad Mehldau en personne, habitué à jouer avec Larry grenadier et Jeff Ballard au sein de son propre trio, ne dit pas autre chose en affirmant : « Les membres de Fly réunissent dans leur jeu des qualités qui habituellement entrent en contradiction les unes avec les autres. D’un côté leur projet assume une véritable dimension intellectuelle — particulièrement sensible au niveau des compositions, denses et complexes tant du point de vue rythmique qu’harmonique. Mais malgré cela, leur musique possède un vrai impact émotionnel, grâce à un profond ancrage rythmique dans le groove le plus authentique et une façon très organique de raconter collectivement des histoires en musique. »

C’est en 2000, dans l’anthologie « Originations » conçue par Chick Corea (Ballard était alors le batteur du pianiste), que le trio est apparu pour la première fois. D’abord sous le leadership de Jeff Ballard. Puis en 2004 à l’occasion de l’enregistrement de son premier disque sur Savoy, sous le nom de Fly. Mais la complicité entre les trois musiciens a des racines bien plus anciennes. Grenadier et Ballard partenaires depuis leur adolescence en Californie au début des années 80 sont venus s’installer tous deux sur la Côte Est en 1990. Très rapidement leurs chemins ont croisé celui de Mark Turner et depuis cette époque les trois hommes ne se sont jamais perdus de vue, collaborant dans de multiples contextes et configurations.

Dans Fly, chacun des trois musiciens participe au répertoire. Mark Turner précise : « Parfois c’est le saxophoniste qui apporte la mélodie. D’autres fois c’est le bassiste ou le batteur. Entre nous il n’est pas question de droit de douane. » « Sky & Country » se compose de trois thèmes de Ballard, de quatre de Turner et de deux de Grenadier.

Mark Turner est né à Fairborn, dans l’Ohio, en 1965. Il s’installe en Californie avec sa famille à l’âge de quatre ans. Il commence à jouer de la clarinette à neuf ans, passe rapidement à l’alto puis au ténor à l’adolescence. Il poursuit des études d’art au Long Beach State ainsi qu’au California College of Arts and Crafts, puis s’inscrit au Berklee College of Music d’où il sort diplômé en 1990. Installé depuis cette époque à New York il a travaillé et enregistré avec de nombreux musiciens parmi lesquels Kurt Rosenwinkel, Dave Holland, Paul Motian, Brad Mehldau, John Patitucci, Dave Douglas, Billy Hart, Lee Konitz ou encore James Moody. Turner a participé à des dizaines de disques en tant que sideman et a enregistré sous son nom 5 albums (« Yam Yam » sur Criss Cross, « Mark Turner », « In This World », « Ballad Session » et « Dharma Days » sur Warner Brothers). Il apparaît aux côtés de Larry Grenadier sur le dernier disque ECM d’Enrico Rava « New York Days ».

Son style à la fois élégant, abstrait et réfléchi fait depuis longtemps l’objet de l’admiration de ses pairs. Brad Mehldau a notamment remarqué que Mark « n’a jamais recours aux effets théâtraux associés à son instrument… Il joue avec une sincérité qui est l’apanage des musiciens plus âgés. » Ces « grands anciens » ont eux même remarqué le phénomène. Lee Konitz (dans le livre « Conversations sur l’improvisation ») a noté : « Je vois en Mark un très sérieux candidat. Il maîtrise à merveille le registre alto de son instrument, c’est très rare de nos jours parmi les spécialistes du ténor… Il fait des phrases dans cette tessiture comme Warne Marsh aurait pu le faire — et Mark utilise ce registre bien plus que ne le faisait Warne. »

Larry Grenadier est né à San Francisco en 1966. Il commence la contrebasse à l’âge de 11 ans, et est encore adolescent lorsqu’il accompagne des musiciens de la trempe de Joe Henderson, Stan Getz, Bobby Hutcherson et bien d’autres encore. Diplômé de Littérature anglaise à l’Université de Stanford en 1989, il joue dans l’orchestre de Gary Burton en 1990 puis part s’installer à New York. Il y joue avec Betty Carter, Joshua Redman, Danilo Perez, Tom Harrell, Joe Henderson, John Scofield, Pat Metheny, Paul Motian, Charles Lloyd et Brad Mehldau enregistrant des dizaines d’albums. Parmi ses disques ECM on trouve le disque d’Enrico Rava déjà mentionné plus haut ainsi que trois albums de Charles Lloyd : « The Water is Wide », « Hyperion With Higgins » et « Lift Every Voices ». Rava a évoqué récemment le style de Larry en remarquant qu’il était « présent et concentré à tout moment » : cette qualité se retrouve dans le contexte très singulier de Fly où contrebasse et saxophone donnent fréquemment la sensation de se mouvoir sur des orbites complémentaires, chacun développant ses idées avec beaucoup indépendance et paradoxalement dans une interaction continuelle avec l’autre.

Le batteur et percussionniste Jeff Ballard est né dans le sud de la Californie en 1963. Il passe son enfance à Santa Cruz, où il s’initie à la batterie dés l’âge de 14 ans. Il fait ses armes en tournée avec l’orchestre de Ray Charles de 1988 à 1990 puis s’installe à New York où il joue et enregistre bientôt avec un grand nombre de musiciens parmi lesquels Lou Donaldson, Chick Corea, Buddy Montgomery, Mike Stern, Danilo Perez, Pat Metheny, Kurt Rosenwinkel, Joshua Redman ou encore Enrico Rava. Parmi ses disques récents on trouve ceux du trio de Brad Mehldau (« Live » et « Metheny/Mehldau ») ainsi que « Momentum » de Joshua Redman. « Sky & Country » est le premier disque ECM de Ballard.

Dans ses interviews Ballard affirme le plus souvent avoir puisé ses influences dans le jeu de musiciens aux styles très différents — reconnaissant bien sûr sa dette envers les grands maîtres du jazz (de Joe Morello à Tony Williams) mais citant tout autant parmi ses sources les traditions afro-cubaines et africaines, ainsi que les rythmes spécifiques d’Amérique du Sud et du Moyen-Orient…

« Sky & Country » a été enregistré au Studio Avatar de New York en février et juin 2008.

< !—>