Skip to content

Dave Holland

[English] [français]

Dave Holland, contrebassiste, guitariste basse et chef d’orchestre a déjà derrière lui une carrière de plus de 50 ans. Rompu à l’art de la composition, ill est autant à l’aise dans l’écriture d’œuvres pour soliste que pour grand orchestre. Il dirige par ailleurs son propre label indépendant, Dare2, qu’il a lancé en 2005. Il explique sa philosophie de la musique en citant un autre jazzman, Sam Rivers qui disait : « Ne laisse rien de côté, joue tout. »

Dave Holland est né en 1946 et a fait ses classes avec des musiciens aussi divers que Ronnie Scott, Tubby Hayes, John Surman, Kenny Wheeler avant d’être remarqué en 1968 par Miles Davis qui l’engagera pour deux ans. Il apparaît alors sur un bon nombre d’enregistrements de ce dernier dont les fameux ‘’In A Silent Way’’ et ‘’Bitches Brew’’, albums essentiels dans l’évolution du jazz fusion. Il s’est ensuite illustré aux côtés des plus grands noms du jazz de Chick Corea à Pat Metheny en passant par Stan Getz et Don Cherry.

PRISM

’Prism’’, son nouvel album - le premier sur le label Okeh fraîchement réactivé - est un disque plein d’énergie et d’émotion, qui emporte l’auditeur grâce à ses compositions pleines d’originalité et la synergie d’un casting impeccable.

Prism est un quartet dont le pivot, Dave Holland distribue la musique avec élégance, un indéniable feeling dont les spécialistes vantent le groove mais aussi la mécanique de haute précision et le travail dans le registre de l’émotion.

Dave Holland - contrebasse
Chris Potter - saxophone
Robin Eubanks - trombone
Steve Nelson - vibraphone
Nate Smith - batterie

HANDS

Jazz et flamenco avec Dave Holland et Pepe Habichuela

Interview de Dave Holland (avril 2010) :

« Pepe et moi avons joué ensemble pour la première fois en 2007. On a répété avant de donner un concert à Séville à l’invitation de Manuel Ferrand, le responsable du programme musical du Département Culture de l’Andalousie. J’avais rencontré Manuel quelques années auparavant ; il avait présenté un concert et un atelier pour moi à Séville, et il m’a appris qu’il avait un projet : il voulait que des artistes jazz et flamenco puissent travailler ensemble. Il a demandé à Mario Pacheco de lui recommander quelqu’un Mario est un grand amateur de musique flamenco, et il dirige le label Nuevos Medios et sans hésiter Mario lui a suggéré le nom de Pepe.

Nous avons commencé avec quatre jours de répétition et un concert, et puis on a donné des concerts à Grenade et à Malaga. Aux répétitions j’avais demandé à Pepe de m’apprendre sa musique ; il a accepté de bonne grâce et avec beaucoup de patience il m’a présenté son univers musical. Cette musique est profondément spirituelle, et avec le temps je devenais comme ivre de sa grande émotion et beauté. Pepe et sa femme Amparo m’ont accueilli avec ma femme Clare au sein de leur grande famille, et nous avons vu à quel point cette musique traduit la vie et l’histoire de son peuple.

La rencontre au sommet entre le contrebassiste Dave Holland et le guitariste flamenco Pepe Habichuela
 
Pendant notre visite, à Séville nous avons assisté à la répétition en plein air d’une fanfare : des trompettes dans un ton très haut, avec des tambours, qui jouait des hymnes processionnels pour Pâques ; depuis le quartier gitan de Grenade nous avons vu l’Alhambra éclairé par la lune, et nous étions plongés dans toutes les choses du flamenco. A la fin, j’avais le sentiment que quelque chose d’extraordinaire s’était passée, et tout de suite j’ai commencé à imaginer comment Pepe et moi pouvions jouer ensemble à nouveau. Et peut-être même enregistrer un album.
On en a parlé avec mon ami Sergio Merino. Il avait organisé notre première visite et, avec son aide, nous avons prévu de nous retrouver en mai 2008 pour d’autres répétitions et des concerts. Cette fois le fils de Pepe, le guitariste Josemi Carmona, nous a rejoints. Josemi comprend intimement la musique de son père, et il nous a grandement aidés à développer les morceaux qu’on jouait déjà. On a répété de nouvelles chansons aussi, dont deux de mes compositions. La musique a vraiment évolué pendant cette période, et nous avons décidé que l’année suivante à l’issue d’une nouvelle série de concerts, nous enregistrerions le groupe en studio.
Il a souvent été dit que tout est dans le timing, et je pense qu’on a choisi exactement le bon moment pour faire cet album. Développer un projet musical, parfois, c’est comme si tu faisais pousser un arbre. Il y a la plantation du jeune arbre, et puis il faut le nourrir et l’arroser. Il faut le soigner patiemment, mais il fleurira et finira par donner des fruits. Cet enregistrement représente la floraison de nos idées, nos rêves. J’espère qu’il reflète également à quel point j’aime cette musique et ces gens. »

Interview de Pepe Habichuela :

« Notre travail en commun s’est fait d’une manière très naturelle, avec beaucoup de respect. J’ai été surpris surtout par son désir de connaître l’essentiel du flamenco dans son état pur, le style de flamenco que je connais et que je pratique ; le résultat de tout ceci est rempli d’émotion, d’expression et de sagesse. J’espère que cette rencontre est aussi importante pour la musique du monde qu’elle l’aura été pour mon cœur.
Je peux dire que nous sommes deux Gitans aujourd’hui, ou mieux encore, que Dave est maintenant un Gitan, et moi presqu’un Anglais. »

3 albums y ont déjà vu le jour :

Overtime 2005

Critical Mass 2006

Pass It on 2008

< !—>