Skip to content

Alex Grenier

[English] [français]

Biographie

À 32 ans, le guitariste Alex Grenier a pris acte que l’exploration du jazz sera une aventure sans fin. En dépit d’une pratique et d’une recherche continuelles. Des journées à naviguer parmi ses maîtres - Wes Montgomery, George Benson, Oscar Peterson ou Blue Mitchell – et un jazz plus contemporain. L’ouvrage se révèle infini mais en chemin quel plaisir de visiter toutes les formes et de se plonger dans le son ! « On m’a offert ma première guitare à six ans, et depuis je ne l’ai pas lâchée… », confie le guitariste qui réside à Angers.

En 2016, le power jazz trio - Alex Grenier (guitare), Hervé Moquet (basse) et Franck Durand (batterie) – décochait « Punching Ball », un LP à la fois haletant et savant. Aujourd’hui, le 4 titres « Red Nova », qui précède un album à paraître courant 2018, révèle une autre facette du leader : son goût pour le contrepied et/ou le renouvellement. Place à des sonorités et à des voix latines, bossa nova ou blues, jouées ou échantillonnées. Le tout demeurant l’œuvre d’un trio jazz, toujours aussi alerte et au diapason. Car renouveau ne signifie pas reniement : « Historiquement, les accords bossa nova viennent du jazz. Le lien est là », rappelle Alex. Et puis l’on peut attribuer cette aptitude au sampling et à la rencontre musicale hybride au passé électro-jazz et dance du jeune compositeur multi-instrumentiste.

Ainsi ces nouvelles créations sont en partie le fruit d’une patiente élaboration en home studio, avec les possibilités infinies qu’offrent la machine et les logiciels... Mais en filigrane figure aussi tout le background musical composite d’Alex Grenier. Lui qui, au chapitre des influences, cite aussi bien les guitaristes du label Blue Note que les précurseurs de Warp Records, Howard Roberts ou la scène électro allemande. En somme, une curiosité sans bornes pas si courante dans le paysage jazz. Il se souvient : « Quand j’avais quinze ans, mon prof de guitare m’a dit : « C’est bon, tu peux faire ta musique ». Il m’incitait ainsi à ne pas devenir son clone ! Mais pour trouver sa voie, il faut galérer. Ouvrir des bouquins, réfléchir, explorer divers registres et jouer énormément… ». L’exercice a été profitable. Côté interprétation, il a donné lieu a quelques prix prestigieux. Côté production, Alex Grenier Trio, fondé en 2012, affiche bientôt quatre albums au compteur.

« Red Nova » (au passage, joli artwork ursidé d’après une sculpture de Xavier Veilhan), donne ainsi un avant-goût de la nouvelle donne. Le trio se montre plus festif et joueur que jamais dès Olé Olé, interprété pied au plancher et avec un sourire radieux. On retrouve ce penchant pour le divertissement latin sur Calypstick qui boucle l’EP. Entre temps, avec HyperNova et l’évocation blues de Spacewalk, l’auditeur apprécie la fluidité des chorus, quelque peu chahutés par des rythmiques remuantes et des surprises. Deux titres en forme de clins d’œil à l’au-delà de l’atmosphère terrestre ! Car Alex Grenier se passionne aussi pour l’Espace. Cette autre dimension dont l’exploration est infinie.

Discographie
Red Nova - 2017 (AG Prod)
Punching Ball - 2016 (AG Prod)
Special Jazz Standards - 2015
Slalom- 2014
Power Trio - 2013
Bubble Wrap - 2011
Wasabi- 2010
Siano! Siane! - 2010
Boomerang - 2009

Récompenses
1er prix du jury au tremplin Jazz à Sète 2014
1er prix de la SACEM au tremplin Nice Jazz Festival 2014
1er prix tremplin Jazz En Baie 2013

Photo @ Fabien Tijou
Artwork Red Nova - Xavier Veilhan
Graphisme Red Nova - La Fabrique Rouge